Echappées belles

Londres et le quartier de Hampstead

Apres une longue absence, je peux enfin me remettre à raconter mes belles découvertes. Le 11 juin dernier, j’étais à Londres. C’était avant le résultat du brexit, le sujet était déjà bien présent mais le temps d’un week-end, l’ambiance était consacrée au 90 ans de sa Majesté et au grand rassemblement annuel « troopping the colour ». A cette occasion, une foule est venue assister à la parade militaire et au salut de la famille royale devant Buckingham Palace. Malgré la pluie londonienne, l’atmosphère, aux couleurs de l’Angleterre, était gaie et festive.

Je connaissais déjà bien Londres mais à chaque fois, je remarque que la ville en plein essor s’agrandit, se modernise, des tours de plus en plus grandes décorent les bords de la Tamise. Avec le brexit, je me demande avec quelle incertitude se prépare l’avenir de Londres aujourd’hui. La ville est donc en pleine mutation mais j’espère qu’elle gardera toujours son caractère propre et authentique. On est vite dépaysé devant les pubs remplis dès 5h de l’après-midi ou dans les moyens de transport typiquement londoniens : les traditionnels taxis noirs, les bus rouges à deux étages et même l’effrayant « tube » anglais, ce métro si profond et si étroit que je ne trouve plus du tout rassurant !

Ce week-end là, j’ai eu envie de quitter l’effervescence du centre de la ville pour partir à la découverte d’un quartier calme et tranquille et qui m’était encore inconnu : le quartier de Hampstead au nord de Londres. Bien que rattaché à la ville au début du XXème siècle, Hampstead a gardé son âme de village. A peine sortie du métro, j’ai grimpé la colline vers les quartiers résidentiels et je me suis vite retrouvée dans de charmantes rues bordées de jolies maisons anglaises. L’endroit me fait encore rêver. Je m’imagine à la place des résidents, sortant de ma  maison en brique foncée, traversant les rues, les jardins et les allées en fleurs. On y respire une ambiance de campagne anglaise. Il semble que je ne sois pas la seule à apprécier l’endroit, un certains nombre de stars y auraient investi les lieux comme Emma Thomson ou Sting. Les prix de l’immobilier sont paraît-il inabordables.
Hampsteadt était déjà recherché autrefois par de nombreux artistes. J’ai découvert ainsi la maison de Robert Louis Stevenson, l’auteur de « l’île au trésor » (et le créateur de Dr Jekyll et Mr Hyde), celle du peintre John Constable et j’ai finit par trouver la superbe propriété où vécut l’auteur de « Rebecca », Daphnée du Maurier. Après avoir lu recemment sa biographie par Tatiana de Rosnay, « Manderley for ever », je ne pouvais pas rater l’occasion de découvrir sa maison. C’est un employé de Fenton House, une belle demeure du XVIIème ouverte au public, qui m’a indiqué le chemin.
Daphné du Maurier vécut une partie de sa jeunesse avec ses parents et ses sœurs à « Cannon Hall », une magnifique propriété. (la maison aurait été vendu l’année dernière pour £28 millions). Le père, Gerald du Maurier, était un célèbre acteur en Angleterre. Un peu plus loin, on peut admirer la maison d’un autre « du Maurier », George, le grand-père dessinateur-auteur. (Vous pourrez avoir un aperçu de ces maisons sur les photos que j’ai prise de Hampstead, cliquer « i » pour info)

Pour conclure, Hampstead mérite vraiment le coup d’oeil ! Et je vous conseille de vous y promener surtout si vous voulez quitter le bruit et l’animation du centre de Londres.

Londres

le quartier de Hampstead

 

 

2 Comments

  1. Derval
    5 juillet 2016 at 7 h 58 min — Répondre

    Quelle belles photos Sophie! Tu décris tout trés bien. Ça donne envie d’y aller!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.