Balades

le fort de Metz Queuleu

Un camp d’internement nazi au fort de Metz Queuleu

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un lieu qui m’a beaucoup émue et dont étrangement,  je ne soupçonnais pas l’existence : l’ancien camp d’internement nazi du fort de Queuleu. On peut visiter aujourd’hui cet ancien camp grâce à l’association du fort de Queuleu qui refait revivre depuis peu ce lieu de mémoire.

Je connaissais le site du fort de Queuleu pour son parcours de santé au milieu des arbres et des fortifications en ruine, vestige de l’histoire de cette région occupée.

Je croyais connaître l’histoire de ce fort, construit par les français puis modernisé par les allemands après 1870 pour assurer la défense de la ville. J’ai été étonnée d’apprendre qu’un sombre destin a aussi envahi les lieux. Pendant la 2ème GM, les anciennes casemates investies par les nazis sont reconverties en sordide camp de déportés.

Ce n’était pas exactement un camp de concentration, mais un lieu de transit pour prisonniers résistants, communistes, ou simplement coupables d’être apparentés à des déserteurs. Ceci n’enlève rien à la cruauté des traitements. Les prisonniers étaient interrogés avec des méthodes que je vous laisse imaginer et détenus dans des conditions effroyables avant d’être envoyés au Struthof pour les hommes et au camp de Schirmeck pour les femmes. 1800 personnes seraient passées par ce camp entre 1943 et 1944.

Les bâtiments que l’on peut visiter aujourd’hui avaient été initialement réhabilités par d’anciens détenus dans les années 70’s. Plusieurs fois saccagé, le site a été laissé à l’abandon pendant plusieurs années Aujourd’hui, les membres de l’association du fort de Queuleu se battent pour sa conservation et sa restauration.

Si vous êtes près de Metz, je vous invite vivement à visiter ce lieu de mémoire animé par une chouette équipe de volontaires très investis. J’ai été touchée par le discours des bénévoles qui nous racontent avec pudeur et justesse le parcours d’un prisonnier depuis son arrivée au camp. Ils ont recueilli des témoignages très émouvants de survivants aujourd’hui très âgés pour lesquels il est parfois difficile de se remémorer ces tristes souvenirs.

Lors de cette visite, on est saisi par l’atmosphère des lieux, la reconstitution des dortoirs et salles d’interrogation, et par la découverte de cellules d’origine construites par les prisonniers eux-mêmes et dont les murs, étrangement intacts, ont gardé l’emprunte de dessins, poèmes et autres inscriptions.

On ne peut rester indifférent à cette visite et à cette sombre période de l’histoire qui reste encore très présente dans les souvenirs de familles.

Le lieu est accessible avec visite guidée tous les dimanches jusque fin août de 14h à 18h. Les visites sont gratuites mais les dons permettent de participer à la rénovation du site.
Pendant l’année, il y aura surement d’autres occasions de découvrir les lieux, notamment pendant les journées du patrimoine et, je l’espère, prochainement pour les scolaires (plus pour des collèges, lycées, je ne le conseillerais pas aux plus jeunes)

Accès au site :
Fort de Queuleu
Allée Jean Burger
57070 Metz

Pour plus de renseignements :
Association du fort de Metz-Queuleu pour la mémoire des internés-déportés et la sauvegarde du site
1, rue du roi Albert
57070 Metz
Fort.metz.queuleu@gmail.com
et sur facebook, »Sauvons le fort de Queuleu à Metz »
et voir les super commentaires sur tripadvisor

fort de Queuleu à Metz

camp d'internement au fort de metz queuleu

fort de Queuleu à Metz

fort de metz queuleu, camp d'internement nazi

fort de queuleu à metz, camp de déportés nazi

ancien camp de déportés nazi au fort de Queuleu à Metz

ancien camp de déportés nazi au fort de Queuleu à Metz

ancien camp de déportés nazi au fort de Queuleu à Metz

ancien camp de déportés nazi au fort de Queuleu à Metz

camp d'internement nazi au fort de metz queuleu

3 Comments

  1. Carole
    31 juillet 2015 at 17 h 53 min — Répondre

    Cela donne vraiment envie de visiter ce site très peu connu
    Un grand merci pour l’information

  2. 3 août 2015 at 9 h 04 min — Répondre

    Ce camp est bien connu de ma famille.

    Mon grand-père maternel, qui était résistant, y a été torturé et y est mort de ses blessures en 1945 juste avant la fin de la guerre. Il s’appelait Henri WEBER, père de ma mère. Peut-être y a t-il son nom sur une plaque.

  3. padoudou
    17 août 2015 at 15 h 01 min — Répondre

    Très emouvant hélas
    à visiter au prochain passage à Metz

Répondre à Carole Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.